Les tapis sont plus que des accessoires tendance pour la maison. Les cinq tapis les plus célèbres, et en même temps les tapis les plus chers du monde, que nous vous présentons dans ce classement, vous montrent combien c'est vrai. Vous serez surpris, nous vous le promettons !


médaille5

Le tapis sacré


En dernière position, avec un prix d'achat d'environ 3 000 dollars, nous trouvons le célèbre tapis d'Ardabil. Ce tapis persan du XVIe siècle est souvent appelé le « tapis sacré ». C'est le plus vieux tapis daté du monde et il est actuellement exposé au Victoria and Albert Museum de Londres.

Le tapis sacré d'ardabil

Le célèbre"tapis sacré" dans le musée de Victoria and Albert à Londres de l'année 1539/1540

Source : unknown - http://www.vam.ac.uk/page/a/ardabil-carpet, domaine public, lien


Le souverain Shah Tahmasp Ier a commandé le tapis vers 1539 pour décorer le sanctuaire de ses ancêtres. Ce sanctuaire est situé dans une mosquée à Ardabil, ce qui a donné son nom au tapis, qui y a été conservé jusqu'à sa vente en 1890. Les négociateurs du fabricant anglais de tapis persans Ziegler ont fait l'acquisition du tapis pour l'immense somme à l'époque d'environ 3 000 dollars au nom du London Museum. C'est de là qu'il tient son surnom honorable de « Holy Carpet », ce qui signifie « tapis sacré ».

Le tapis a été fabriqué dans les usines traditionnelles de nouage de Kashan. Typique des tapis de cette région : le nœud extrêmement fin. Le tapis d'Ardabil, de 61,5 mètres carrés, a une densité de 520 000 nœuds au mètre carré, soit un total de 26 millions de nœuds.

Le fond bleu indigo, sur lequel ont été confectionnés différents ornements, est fabriqué dans la soie la plus fine. Les poils du tapis sont en pure laine. En termes de motifs, il présente, selon de nombreux interprètes, une réplique du ciel : Les lampes de mosquée en verre représentent le reflet des étoiles à la surface d'une eau sur laquelle flottent des fleurs de lotus. La date de fabrication figure également sur le tapis : l'année islamique 947. Cela correspond approximativement à l'année 1540-1541.

Le tapis d'Ardabil a un jumeau secret, aussi appelé « tapis secret ». Fabriqué en même temps dans la même manufacture, il est aujourd'hui moins bien conservé que le « tapis sacré » connu. Il est également moins large et plus petit et a dû être partiellement restauré. Également vendu en 1890, il passa entre les mains de nombreux riches hommes d'affaires jusqu'à ce qu'il soit acheté par un industriel américain pour 70 000 $ et donné, en 1953, au Museum of Art de Los Angeles, où il est encore exposé aujourd'hui.

Ces deux tapis sont les plus importants tapis persans créés en Iran et ont été souvent copiés. Même le Premier ministre anglais a un tapis d'Ardabil dans son bureau de Downing Street.


médaille4

Le tapis de perles


Le maharajah Gaekwar Khande Rao, qui a régné de 1856 à 1870 dans l'état indien de Baroda, a fait fabriquer ce tapis spécial, qui occupe la quatrième place de notre classement.

Fait pour décorer la tombe du Prophète Mohammed, ce tapis n'était pas en soie ou en laine, mais en perles. Les bijoutiers les plus respectés ont travaillé au total environ 1,4 millions de véritables perles naturelles d'un diamètre compris entre deux et trois millimètres. Ces perles à elles seules ont une valeur estimée à 30 000 carats et pèsent environ six kilogrammes. Chaque perle a été enfilée et reliée individuellement.

Le tapis est également orné de trois grandes rosettes de diamants en or plaqué argent. De nombreuses autres pierres précieuses plaquées argent ont été travaillées : 600 émeraudes, 1 300 rubis et 2 600 diamants. Les motifs représentés sont dans la tradition arabe et rappellent les ornements du Taj Mahal.

Contrairement à ce qui avait été prévu à l'origine, le grand tapis de perles d'environ 2,70 x 1,60 mètres n'est jamais arrivé à la tombe de Mohammed à La Mecque, mais est resté dans le trésor du Maharajah. Il aurait coûté 60 millions de roupies à cette époque. Aujourd'hui, le tapis n'est que partiellement conservé. Néanmoins, lors d'une vente aux enchères au Qatar en 2009, il a atteint le record de 5,5 millions de dollars.


médaille3

Le tapis Kirman à décor de vase


Le tapis en troisième position ne paie pas de mine, mais a causé bien des soucis. L'histoire qui l'a rendu si célèbre ne se déroule pas en Orient, mais dans la tranquille ville d'Augsbourg.

kirman tapis

Tapis en "technique de vase", Kerman, 17ème siècle

Source : D'après l'œuvre d'art : inconnu - http://www.faz.net/m/%7B9C37990A-81AF-4E6A-B022-4AA25DF59F57%7Dg225_4.jpg, domaine public, lien

En octobre 2009, un commissaire-priseur l'estime à 900 euros et la malchance de la vieille dame à qui avait précédemment appartenu le tapis ne s'arrête pas là.

Peu de temps après, le tapis est mis aux enchères et atteint le prix d'achat initial de 20 000 euros. Mais, l'histoire de ce tapis ne s'arrête pas là : L'acheteur chanceux se tourne vers la célèbre maison de vente aux enchères Christie's de Londres, qui estime le tapis bleu persan Kirman, dont la surface légèrement ondulée est décorée de fleurs colorées, de feuilles et de branches, à une somme comprise entre 200 000 et 300 000 livres.

Lorsque le tapis est ensuite mis aux enchères pour la deuxième fois en avril 2010, surprise : les enchérisseurs sont très intéressés ! Un collecteur apparaît en personne et six autres font des offres par téléphone. L'offre de départ est de 150 000 livres et est largement dépassée : un enchérisseur anonyme du Moyen-Orient achète le tapis pour l'équivalent de 7,5 millions d'euros, ce qui en fait le tapis le plus cher du monde pour le moment.

Un rapport confirme l'instinct de l'acheteur : le tapis était à l'origine la propriété de l'amatrice d'art française Madame la Comtesse Martine Marie-Pol de Béhague. À la mort de cette dernière, son neveu a hérité du tapis dont il a été propriétaire jusqu'à sa mise aux enchères à Monaco en 1987. Le tapis est alors devenu la propriété d'un marchand de tapis de Munich et, de là, il est passé entre les mains de son ancienne gouvernante, qui a reçu le tapis en signe de gratitude. Celle-ci l'a à son tour légué à la vieille dame, qui l'a emmené chez le commissaire-priseur d'Augsbourg qui l'a vendu pour 20 000 euros, bien en dessous de sa valeur.

La dame a donc attaqué en justice le commissaire-priseur et demandé la différence avec les 300 000 livres estimés de Christie's. Elle a refusé une compensation d'un montant de 85 000 euros et a perdu.

Le commissaire-priseur n'a pas eu à payer, car il a pu prouver qu'aucun des experts de sa maison de vente aux enchères n'était en mesure d'estimer la valeur réelle du tapis. Ceci a marqué la fin du litige sur le tapis de 7,5 millions d'euros. À la fin, il y a eu un seul véritable gagnant : l'enchérisseur anonyme par téléphone de chez Christie's.


médaille2

Le tapis Clark Sickle Leaf


La deuxième place de notre classement est occupée par un tapis persan qui a été vendu en 2013 pour une incroyable somme de 34 millions de dollars et a ainsi atteint un prix trois fois supérieur au tapis Kirman à décor de vase, jusqu'alors considéré comme le tapis le plus cher du monde.

Le tapis Clark Sickle Leaf

Tapis Clark à feuilles de drépanier, Kirman, XVIIe siècle.

Source : Anonyme - Sotheby's, domaine public, lien


Le tapis persan, qui a été vendu aux enchères par la maison new-yorkaise Sotheby's, date de la première moitié du XVIIe siècle et mesure 2,7 x 2 mètres. Il est décoré d'un motif de feuille de faucille d'or sur fond rouge, entouré d'une bordure bleue. Il est présumé avoir été fabriqué à Kirman, dans le sud-est de l'Iran.

Initialement acquis de la succession du collectionneur et éponyme William A. Clark, la Corcoran Gallery of Art de Washington a finalement sorti la pièce spéciale aux enchères qui a ainsi atteint un prix record absolu. Le «tapis Clark Sickle Leaf» est le tapis le plus cher jamais mis aux enchères. Mais ce n'est pas tout : C'est aussi l'œuvre d'art islamique la plus chère jamais mise aux enchères et qui détient deux records du monde.


médaille1

La tapisserie de Bayeux


La célèbre tapisserie de Bayeux est incontestablement le numéro un. C'est une tapisserie du Moyen Âge, exposée à ce jour dans la ville de Bayeux en Normandie, d'une valeur historique inestimable.

tapis tapisserie de bayeux

Source : De Myrabella - propre travail, domaine public, lien

Cette tapisserie de 1070 totalise près de 70 (!) mètres longs et environ 50 centimètres de large. Ses motifs racontent, au fil de plusieurs épisodes picturaux, un court texte explicatif de la façon dont Guillaume, duc des Normands, devint king of England. La période couverte est d'environ un an. Comme, au Moyen Age, très peu de gens savaient lire, les motifs de la tapisserie sont presque explicites.

La tapisserie n'est pas nouée, mais tissée de laine. Les motifs ont été brodés par des nonnes avec des fils de laine colorés et bigarrés - à proprement parler, la tapisserie de Bayeux n'est pas du tout un tapis, tout du moins pas au sens où nous l'entendons actuellement. On estime que plusieurs religieuses ont travaillé sur la tapisserie en même temps pendant environ 10 ans au total.

Malheureusement, le temps a laissé sa marque sur cette œuvre : aujourd'hui, environ 69 mètres sont conservés. À l'origine, la tapisserie aurait dû faire plus que 70 mètres. Les scènes finales sont manquantes.

On ne sait pas exactement qui, à l'époque, a commandé ce travail. Cependant, on pense que l'évêque Odo de Bayeux, le demi-frère du duc William, a fourni des instructions pour sa confection. En effet, il est lui-même représenté sur la tapisserie plusieurs fois, à des endroits particulièrement importants. L'on pense également que cette tapisserie n'était pas destinée à la cathédrale de Bayeux, mais plutôt à une présentation dans le hall d'une résidence noble, comme Odo de Bayeux le faisait faire à cette époque.


tapis tapisserie de bayeux

Source : De Myrabella - propre travail, domaine public, lien


Sa qualité remarquable et incomparable fait de la tapisserie de Bayeux l'un des monuments les plus importants du Haut Moyen-Âge. Aujourd'hui, nous bénéficions de descriptions détaillées des modes de vie médiévaux, qui peuvent fournir beaucoup d'informations sur les conditions de vie à cette époque.

Depuis 1982, la tapisserie a été exposée dans un musée construit à cet effet. Depuis 2007, elle a également été inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO, soulignant une fois de plus sa valeur culturelle extrêmement élevée.

Nous espérons que ce petit classement vous a bien amusé - c'était très amusant pour nous. Bel effet secondaire : maintenant, vous pouvez épatez vos amis avec de réelles connaissances sur les tapis. Visages étonnés garantis !

Sur la boutique en ligne
► Tapis persans